Réflexions sur Emission Sept à Huit « Les Enfants des Môtels »

En voyant le replay de l’émission de « Sept à huit » du 27 mai sur « Les enfants des motels », je me suis dit qu’il fallait vous rappeler que les Etats-Unis ont des législations en matière du travail, de l’immobilier, des droits de la banque très différentes de celles qui sont en France et qu’elles n’ont pas toutes un impact négatif malgré le premier abord.

Aux Etats-Unis du fait de la courte durée de ce qu’on appelle en France les Assedics, les Américains ont l’habitude de se prendre en charge, de ne pas baisser les bras. Du fait aussi de l’ouverture totale pour créer, entreprendre du jamais-vu, de la facilité de renvoi d’un employé mais aussi de l’embauche d’un employé, un américain s’il change de ville ou d’Etat (ce qu’il fait bien souvent) aura la capacité de reconstruire ou de poursuivre sa vie. Malgré ce qu’il peut paraître, c’est-à-dire non seulement au vu des familles qui vivent dans un môtel mais aussi de celles qui vivent sous des tentes ou autres, en ajoutant au nombre de chômeurs indemnisés (chômeurs de moins de 26 semaines) ceux couverts par les programmes d’aides spécifiques (+ de 26 semaines), le nombre total de chômeurs aux USA baisse toujours et ce depuis l’automne 2011.

Quant aux personnes qui sont sans toit du fait des saisies de leur maison par les banques que cela soit en raison d’un divorce difficile (comme dans le cas présenté), impayés, faute de la banque, escroqueries diverses,  etc. depuis 2011 vu l’ampleur des dommages causés, les banques elles aussi ont pris conscience du côté néfaste et dramatique de leurs façons abruptes de saisir les familles américaines et maintenant proposent différentes solutions selon chaque cas.

Si il est vrai que les huissiers peuvent venir vous signifier votre renvoi de votre domicile en vous laissant 15 minutes pour partir, il ne faut pas ignorer que la personne aura été prévenue bien des fois et bien des mois à l’avance, tout comme en France, des risques qu’elle encourait si elle n’agissait pas dans le sens proposé et si elle n’était pas d’accord elle pouvait se mettre en contact avec un avocat.

S’imaginer que vivre et travailler aux Etats-Unis est plus facile ou pareil qu’en France, c’est se faire une fausse idée. Les Etats-Unis sont plus rudes mais il y a aussi beaucoup plus d’opportunités, plus de liberté, plus de facilités pour ceux qui veulent entreprendre sérieusement. Comme cette dame avec ses 5 enfants à qui son courage et sa dynamique vont lui permettre très certainement à courte échéance  d’avoir à nouveau sa propre entreprise qu’elle saura protéger.

En France, il commence à y avoir un renversement des mentalités, de tendances quelle qu’en soit la raison. Les Français commencent eux aussi à se prendre en main comme on peut le voir toujours dans l’émission de Harry Rozelmack, qu’ils soient banquiers, cadres commerciaux ou fonctionnaires ils ont décidé de changer de vie en exerçant un métier manuel. Aux Etats-Unis le fait qu’un cadre devienne artisan n’a aucune connotation négative sur la personne, cela ne la rabaisse pas, en France on se mettra à espérer qu’elle devienne patron.

Aux Etats-Unis ont fait beaucoup plus appel aux avocats pour se tirer d’un mauvais pas, d’un abus, ect. et ce contre n’importe qui que ce soit gouvernement, avocats, banques, employeurs, etc. En France on compte plus sur les différents types de protections existants n’imaginant pas à faire appel à un avocat si ces protections ne sont pas appliquées ou injustement détournées.

Voilà, en gros, ce qui m’était venu à l’esprit en revisionnant ce « Sept à Huit ».   Je vous ai remis quelques articles qui vont dans le sens de celui-ci, à savoir :

https://avocatflorideblog.com/2012/05/17/bank-of-america-propose-des-locations/, https://avocatflorideblog.com/2012/05/08/pourquoi-placer-son-argent-en-floride/, https://avocatflorideblog.com/2012/05/11/avec-des-chiffres-disparates-la-confiance-est-peut-etre-a-la-hausse/

 

Source : Gecodia.fr

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!