Médias sociaux et protection de la vie privée

Le 10 avril 2018, à la suite d’une importante fuite de données touchant quelque 87 millions d’utilisateurs, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a comparu devant le Sénat américain pendant cinq heures. Parmi les questions posées par le Comité Sénatorial, la principale préoccupation était le respect et la protection de la vie privée des utilisateurs. Une semaine plus tard, Whatsapp, Inc. a comparu devant le même comité pour répondre à des questions sur le scandale qui a frappé l’entreprise après que des centaines de milliers de données privées d’utilisateurs ont été divulguées.

Avant cela, le géant de l’entreprise, Apple, Inc. a connu la fuite des photos et des données privées des utilisateurs d’iPhone enregistrées sur leur iCloud. Cela soulève la question de savoir quels sont les droits des utilisateurs à la vie privée lorsqu’il s’agit de médias sociaux. Pourquoi n’y a-t-il pas de poursuites civiles contre le GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) ?

Malgré l’évolution rapide de la protection juridique dans tous les pays, la protection de la vie privée des utilisateurs est rapidement limitée par leur propre comportement et leurs propres actions. En effet, lorsqu’on crée un compte sur n’importe quelle plateforme de médias sociaux, on lui demande de signer un accord contenant les termes et conditions d’utilisation de ladite plateforme de médias sociaux.

Par conséquent, lorsqu’un utilisateur poste quelque chose sur son compte, il ou elle accepte implicitement que son poste soit public et donc potentiellement utilisé par d’autres et même dérivé de son contexte original. La vente des données privées des utilisateurs à des entreprises privées est essentielle pour que la plate-forme de médias sociaux reste un service gratuit. La politique de Facebook en matière de données est une explication plus approfondie concernant le traitement des données des utilisateurs.

Comme l’a témoigné M. Zuckerberg, les utilisateurs lisent rarement toutes les dispositions des Conditions d’Utilisation de Facebook qu’ils acceptent lorsqu’ils créent leur compte.  En fin de compte, tout cela relève du droit contractuel de base.

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!